Quotidien béninois d'informations, d'analyses, d'investigations et de publicités paraissant à Cotonou - ISSN : 1840-782X - Tel: +229 21 03 87 76
Accueil > International > « Le Bénin est un pilier sur lequel la France peut s’appuyer »

France

« Le Bénin est un pilier sur lequel la France peut s’appuyer »

Par Jean-Louis LE TOUZET, 2 juillet 2015 à 16:36 | 852 lectures
  

Richard Banégas, professeur à Sciences-Po Paris, analyse l’enjeu de la visite de Hollande ce mercredi à Cotonou et égratigne le mythe du « modèle démocratique » béninois.
Spécialiste de l’Afrique de l’Ouest, Richard Banégas (1) analyse la visite du chef de l’Etat français au Bénin, d’où il se rendra ensuite au Cameroun et en Angola.

Comment qualifier la visite de François Hollande ?

On peut y voir un salut au modèle démocratique soulignant, après les expériences sénégalaise, burkinabé mais aussi burundaise et bientôt congolaise, la nécessité de se plier au respect des règles du jeu constitutionnel. Cette visite pourrait se résumer ainsi : attention au respect des Constitutions et des échéances électorales et ce, en dépit de toutes les dérives autoritaires du pouvoir béninois, dont l’Elysée est tout à fait au courant. Autre chose déterminante : l’appui du Bénin à l’intervention au Sahel. Quand les forces françaises interviennent en 2013 [dans le cadre de l’opération « Serval », ndlr], c’est Boni Yayi [le chef d’Etat béninois] qui préside l’Union africaine. Il y a une sorte de gratitude côte français. Dans le contexte très tourmenté de l’Afrique de l’Ouest, il reste des petits piliers, dont le Bénin, sur lequel la France peut s’appuyer.

La démocratie béninoise est souvent perçue comme un exemple. Est-ce vraiment le cas ?

Derrière l’image de la transition modèle du Bénin, il faut bien comprendre que le processus a été plus complexe et ambivalent. Cette transition présentée comme une concorde nationale vers la démocratie s’est en fait opérée à travers une série de conflits. Des luttes intestines traversent encore aujourd’hui l’expérience démocratique. L’autre caractéristique, c’est que ce modèle de démocratisation s’est aussi opéré de manière très paradoxale par la généralisation de la corruption, par la marchandisation du vote et par tout un ensemble de collusions entre élites. De fait, personne, au bout du compte, ne s’est senti lésé dans cette expérience, chacun « mangeant » à son tour dans ce régime de démocratie électorale. Les citoyens ordinaires se sont aussi approprié le multipartisme par l’instrumentalisation du clientélisme. Le pluralisme s’est construit sur ces modalités paradoxales a priori éloignées de l’idéal démocratique. Ce sont ces paradoxes, ces tensions, qu’il faut avoir à l’esprit au moment où François Hollande se rend au Bénin.

Comment qualifier le régime de Boni Yayi ?

Avec sa réélection, en 2011, au terme d’un scrutin contesté, on bascule dans une tentative de verrouillage du pouvoir. Avec des arrestations politiques, une criminalisation accrue du régime et des tensions autour de l’affaire Patrice Talon [du nom de cet homme d’affaires béninois soupçonné d’avoir voulu empoisonner Boni Yayi] qui a véritablement ébranlé le sommet de l’Etat. Le Bénin est alors entré dans une phase incertaine qui se manifeste par un bunkérisation du pouvoir et une montée des contestations. La colère populaire et les oppositions politiques se cristallisent autour de l’affaire du troisième mandat et de la révision de la Constitution.
Quand, en 2013, Boni Yayi a laissé entendre qu’il envisageait une révision constitutionnelle pour briguer un troisième mandat, une partie de la société s’est levée pour s’y opposer. Depuis, avec la chute de Blaise Compaoré [au Burkina Faso] qui visait le même objectif et a dû fuir devant la foule en colère, il semble que le président béninois ait fait machine arrière. Dans l’histoire politique béninoise, il faut souligner l’attachement très profond à la Constitution, aux acquis de la Conférence nationale de 1990. Ce modèle démocratique acquis de haute lutte – qui est aussi devenu une rente –, les Béninois y sont très attachés.
Au fond, le rejet de l’homme ne signifie pas le rejet de ce modèle, même s’il existe une forme de désenchantement quant aux retombées du pluralisme dans le pays. Comme dans bien d’autres pays, on s’est vite rendu compte que la démocratie ne permettait pas de régler tous les problèmes de la vie quotidienne.

Lionel Zinsou, banquier d’affaires, économiste franco-béninois, vient d’être nommé Premier ministre le 15 juin. Cela vous a-t-il surpris ?

Je le connais mal, mais nous nous sommes croisés à quelques reprises dans un cadre académique. Ma première réaction à sa nomination fut de dire : mais qu’est-ce qu’il va faire dans cette galère, dans cette barque qui prend l’eau de toutes parts, avec une impopularité croissante de l’exécutif, à quelques mois de la fin du mandat présidentiel ? Il a beaucoup de coups à prendre. Surtout dans un contexte institutionnel où le poste de Premier ministre, qui n’est pas inscrit dans la Constitution, est soumis au bon vouloir du président.
Seconde réaction, qui rejoint beaucoup de commentaires locaux : c’est aussi un tremplin pour la présidentielle de l’an prochain, un moyen pour Boni Yayi de se choisir un dauphin. On peut dire que c’est un homme de grande qualité et aux nombreuses connexions à l’international. C’est un as de la finance et un promoteur inlassable de l’Afrique qui réussit. Les jeunes Africains sont avides de ce discours-là, celui de la réussite de l’Afrique, même s’ils ne sont pas dupes des fables de l’émergence.
Zinsou a un discours sur l’avenir qui peut séduire. Reste qu’il devra affronter des obstacles de taille car il est vu comme français, malgré sa filiation. Il est déjà attaqué sur son profil d’homme de l’extérieur, de Paris, qui ne connaît pas le pays qu’il vient gouverner. Ceci n’est pas nouveau car Zinsou perpétue ce modèle du technocrate internationalisé et des prétendants à la présidence venus de l’extérieur, comme Soglo et Boni Yayi. En clair, la cooptation des élites par le biais des circuits multilatéraux. Et cette figure-là est récurrente dans l’histoire du Bénin.

Le Bénin vit-il toujours « comme une tique sur le dos de l’éléphant nigérian », selon votre expression ?

L’essentiel des ressources du pays provient de ses relations avec l’extérieur. C’est un pays « entrepôt » qui a une fonction d’intermédiation avec l’hinterland sahélien mais aussi avec le grand voisin nigérian. L’économie est aussi nourrie par les réseaux de commerce informel à la frontière nigériane. Il s’agit du pétrole de contrebande mais aussi du riz. C’est une économie qui vit sur le rapport à l’extérieur. C’est donc un Etat « entrepôt », mais aussi un Etat contrebandier. Ces derniers temps, on a noté la nette importance prise par les trafics de narcotiques dans la sous-région. Fait inquiétant, surtout quand on sait l’articulation étroite du pouvoir avec tous les réseaux commerçants… C’est un motif d’inquiétude dans un contexte de déstabilisation du modèle démocratique.

(1) Il a publié chez Karthala la Démocratie à pas de caméléon, transition et imaginaires politiques au Bénin (2014).



Les articles les plus lus

  Concours de recrutement de 1175 APE et de 502 douaniers [22872 lectures]

  Une travailleuse de sexe déshabille un militaire "djakpata" à Menontin [8101 lectures]

  Les 83 probables députés élus pour la 7ème législature [7491 lectures]

  Yayi et Claude Padonou engagent le recrutement de 1000 jeunes [4946 lectures]

  Les sanctions auxquelles sont exposés les contrevenants [4927 lectures]

  La liste des 687 journalistes éligibles [4104 lectures]

  Liste définitive des 546 coordonnateurs d’arrondissements [3138 lectures]

  Nos Contacts [3021 lectures]

  Sagbohan Danialou lutte contre la mort au Cnhu [3013 lectures]

  Lagos honore le General Gbian [2610 lectures]

  Le SMIG passe de 31.625 à 40.000 FCFA au Bénin [2246 lectures]

  L’Etat reconnait une nouvelle liste de 37 universités privées [2246 lectures]

  La liste des 60 jeunes béninois présélectionnés pour la phase 2 [2207 lectures]

  L’IFSIO Parakou recrute sur concours 30 étudiants [1976 lectures]

  Une dame et son mari expulsés de leur location à Cotonou [1962 lectures]

  La Rédaction [1867 lectures]

  Un caporal-chef risque la radiation [1838 lectures]

  Djibril Sagbohan inhumé ce jour à Porto-Novo [1750 lectures]

  La liste des 30 établissements privés autorisés dont les filières de licence et de master sont homologuées [1705 lectures]

  Un deuxième puits de pétrole découvert à 80 km des côtes béninoises [1666 lectures]

  16% comme taux national d’admissibilité au Bepc 2016 au Bénin [1631 lectures]

  Marcel de Souza offre le perchoir à Me Adrien Houngbédji [1625 lectures]

  Un voleur fait le sourd muet pour tromper la vigilance des forces de l’ordre [1568 lectures]

  Fin des discussions entre Kerry et Lavrov, le dialogue continue [1565 lectures]

  Daniel Edah lance l’ouvrage " IL FERA BEAU" [1556 lectures]

Voir aussi : 0 | 25 | 50 | 75 | 100 | 125 | 150 | 175 | 200 | ... | 2725
Articles Similaires

Chronique

Examens de fin d’année : la vérité

Encore quelques semaines et bonjour les examens de fin d’année. Des milliers de nos compatriotes, dans tous les ordres enseignement, plancheront pour justifier leur année scolaire. Ils sont appelés à la conclure de la bonne manière qui soit. Il s’agit, presque toujours, d’un temps fort de la vie nationale, objet de... Lire la Chronique

  Examens de fin d’année : la vérité , 4 mai 2017

  Electorat flexible , 17 mars 2016 par Man Soph !

  Sélection naturelle de candidatures , 8 décembre 2015 par Man Soph !

  Gestion difficile d’un choix , 27 novembre 2015 par Man Soph !

  Le dernier mot , 27 novembre 2015 par Man Soph !

Voir aussi : 0 | 5 | 10 | 15 | 20
Flyer Wasexo.com

Conseil des Ministres

Suivez-nous

           

Ont fait la Une