Quotidien béninois d'informations, d'analyses, d'investigations et de publicités paraissant à Cotonou - ISSN : 1840-782X - Tel: +229 21 03 87 76
Accueil > Afrique > Une enquête en France démonte la polémique sur les origines d’Ali (...)

Gabon

Une enquête en France démonte la polémique sur les origines d’Ali Bongo

Par La Rédaction, 16 septembre 2016 à 03:24 | 135 lectures
  

En pleine crise électorale, alors que la Cour constitutionnelle gabonaise doit trancher la semaine prochaine sur la question de sa réélection contestée à la présidence de la République, Ali Bongo est au coeur d’une enquête publiée ce jeudi 15 septembre par un quotidien français, le Midi Libre. Ce journal a recueilli des informations selon lesquelles Ali Bongo était en France dans les années 1965-1966.

Ali Bongo aurait séjourné à Alès précisément, dans le sud de la France. « J’ai d’abord retrouvé des camarades de classe de celui qui s’appelait à l’époque Alain Bongo, la famille s’étant convertie [à l’islam] en 1973, et les photos que j’ai retrouvées datent de 1965-1966, explique à RFI Caroline Froelig, la journaliste du Midi Libre qui a réalisé cette enquête. Ses "petits copains" se souviennent très bien de lui. C’était un petit peu particulier pour eux puisqu’il leur expliquait que son papa était vice-président du Gabon. Tous ne le croyaient pas d’ailleurs à l’époque. »
Pour s’assurer de la fiabilité de ces témoignages et de ces photos, la journaliste explique avoir comparé avec des photos officielles. « On reconnaît tout à fait le petit garçon », assure-t-elle. Elle ajoute avoir « multiplié les témoignages » et recoupé les informations entre les différentes déclarations.

La thèse de l’opposition mise à mal

Ces informations viennent en tout cas démonter une thèse chère à l’opposition gabonaise, selon laquelle Ali Bongo, fils et successeur à la présidence d’Omar Bongo, serait en fait un enfant nigérian adopté pendant la guerre du Biafra, à la fin des années 1960. Or, la loi gabonaise stipule que seul un Gabonais de naissance peut prétendre à la Présidence. Prouver qu’Ali Bongo était en France avant cette guerre, c’est prouver qu’il n’a pas été adopté pendant ou après.
Une thèse qui, avant d’être reprise par les opposants politiques gabonais, a été avancée par Pierre Péan. Mais pour lui, ces révélations ne changent rien. « J’affirme de façon absolue qu’Ali Bongo n’est pas le fils biologique de Joséphine Bongo et Albert Bernard Bongo », réagit le journaliste français sur RFI.
En revanche, au sujet de la guerre du Biafra, le journaliste botte en touche. « Il me faut un peu de temps pour comprendre la mécanique et comment ça peut s’articuler avec ce dont je suis encore aujourd’hui convaincu, c’est-à-dire l’affaire du Biafra », poursuit-il.

Réactions au Gabon

Du côté de Libreville, pour Alain Claude Bilie By Nze, porte-parole d’Ali Bongo, cette enquête vient confirmer ce que le clan Bongo avait toujours dit. Il espère donc que cela va mettre un terme à un débat qualifié de « nauséeux ».
En revanche, Jean-Gaspard Ntoutoume Ayi, responsable de la communication de Jean Ping, l’adversaire d’Ali Bongo à la présidence, rappelle qu’Ali Bongo, de fait, a été autorisé à se présenter, et que donc ce qui compte aujourd’hui, ce n’est plus ce débat, c’est la réalité des suffrages exprimés le 27 août dernier.



Les articles les plus lus

  Concours de recrutement de 1175 APE et de 502 douaniers [23571 lectures]

  Une travailleuse de sexe déshabille un militaire "djakpata" à Menontin [8711 lectures]

  Les 83 probables députés élus pour la 7ème législature [7662 lectures]

  Yayi et Claude Padonou engagent le recrutement de 1000 jeunes [5121 lectures]

  Les sanctions auxquelles sont exposés les contrevenants [5014 lectures]

  La liste des 687 journalistes éligibles [4667 lectures]

  L’Etat reconnait une nouvelle liste de 37 universités privées [3782 lectures]

  Nos Contacts [3530 lectures]

  Liste définitive des 546 coordonnateurs d’arrondissements [3456 lectures]

  Sagbohan Danialou lutte contre la mort au Cnhu [3158 lectures]

  Lagos honore le General Gbian [2711 lectures]

  Le SMIG passe de 31.625 à 40.000 FCFA au Bénin [2391 lectures]

  La liste des 60 jeunes béninois présélectionnés pour la phase 2 [2309 lectures]

  L’IFSIO Parakou recrute sur concours 30 étudiants [2214 lectures]

  Une dame et son mari expulsés de leur location à Cotonou [2076 lectures]

  La Rédaction [2072 lectures]

  Un caporal-chef risque la radiation [1938 lectures]

  La liste des 30 établissements privés autorisés dont les filières de licence et de master sont homologuées [1874 lectures]

  Djibril Sagbohan inhumé ce jour à Porto-Novo [1870 lectures]

  Un deuxième puits de pétrole découvert à 80 km des côtes béninoises [1830 lectures]

  Fin des discussions entre Kerry et Lavrov, le dialogue continue [1796 lectures]

  16% comme taux national d’admissibilité au Bepc 2016 au Bénin [1756 lectures]

  Marcel de Souza offre le perchoir à Me Adrien Houngbédji [1724 lectures]

  Un voleur fait le sourd muet pour tromper la vigilance des forces de l’ordre [1679 lectures]

  Daniel Edah lance l’ouvrage " IL FERA BEAU" [1638 lectures]

Voir aussi : 0 | 25 | 50 | 75 | 100 | 125 | 150 | 175 | 200 | ... | 3050
Articles Similaires

Chronique

Examens de fin d’année : la vérité

Encore quelques semaines et bonjour les examens de fin d’année. Des milliers de nos compatriotes, dans tous les ordres enseignement, plancheront pour justifier leur année scolaire. Ils sont appelés à la conclure de la bonne manière qui soit. Il s’agit, presque toujours, d’un temps fort de la vie nationale, objet de... Lire la Chronique

  Examens de fin d’année : la vérité , 4 mai 2017

  Electorat flexible , 17 mars 2016 par Man Soph !

  Sélection naturelle de candidatures , 8 décembre 2015 par Man Soph !

  Gestion difficile d’un choix , 27 novembre 2015 par Man Soph !

  Le dernier mot , 27 novembre 2015 par Man Soph !

Voir aussi : 0 | 5 | 10 | 15 | 20
Flyer Wasexo.com

Conseil des Ministres

Suivez-nous

           

Ont fait la Une