Quotidien béninois d'informations, d'analyses, d'investigations et de publicités paraissant à Cotonou - ISSN : 1840-782X - Tel: +229 21 03 87 76
Accueil > Politique > Une rencontre de l’espoir pour baisser la tension sociale

Négociation gouvernement/syndicats ce jour

Une rencontre de l’espoir pour baisser la tension sociale

(Sauvegarder les dépenses de l’Etat et des parents d’élèves/étudiants dans le privé que dans le public doit être prisé)

Par Roméo TOSSOU, 13 mars 2018 à 04:58 | 87 lectures
  

Depuis plus d’un mois, les soutiens du gouvernement s’activent et invitent les enseignants à reprendre le chemin des salles de cours. Des députés du bloc de la majorité parlementaire (BMP) en passant par certains chefs de partis politiques et autres leaders religieux sans oublier les efforts du gouvernement, de l’association des parents d’élèves ; les initiatives se multiplient de part et d’autre pour apaiser la tension sociale au Bénin. Toutefois, le couronnement de ces efforts dépend en grande partie des décisions qui vont jaillir de la rencontre gouvernement/syndicats prévue pour ce mardi 13 février 2018.

En d’autres termes, au-delà de sauver l’année scolaire 2017-2018, le tête-à-tête entre représentants du gouvernement et partenaires sociaux va peser dans la balance pour l’apaisement de la tension sociale qui agite actuellement la nation béninoise. Les membres du gouvernement n’ont plus droit à l’erreur cette fois-ci. Le ministre d’Etat, Bio TCHANE et ses collègues Romuald WADAGNI, Adidjatou Mathys, Mahugnon KAKPO, Marie Odile ATTANASSO pour ne citer que ceux-là devront faire montre d’un esprit tolérant ce mardi des négociations. Le 13 mars 2018 restera sans nul doute une date décisive dans l’histoire des négociations et surtout marquera ses empreintes dans les annales du système éducatif béninois. En clair, elle fera tâche d’huile. C’est à partir de ce jour que les acteurs détermineront si l’année scolaire en cours sera déclarée blanche ou non. C’est dire que la fin des grèves en cours dans les sous-secteurs de l’enseignement primaire et secondaire dépend largement des décisions qui sortiront de cette séance gouvernement/syndicats. Autrement, ce serait fatal pour tous.

En effet, les dépenses engagées et les efforts consentis jusque là par l’Etat et les parents d’élèves ayant inscrit leur enfant dans l’un des établissements d’enseignement primaire ou secondaire tant du public que du privé et dans tous les internats se révèleront vains si la rencontre de ce mardi accouchait d’une souris. Loin d’être un oiseau de mauvais augure, l’on doit admettre qu’une fin immédiate (dans cette semaine) des grèves dans ces deux secteurs stratégiques de l’enseignement général et de la formation technique et professionnelle, dépend de la rencontre du jour. Chaque camp devra alors ne pas trop tirer le drap de son côté.

Que doit faire le gouvernement ?

Devant les représentants des syndicats qui visiblement sont en colère pour les défalcations opérées sur salaires, non paiement à temps desdits salaires et « non respect de la parole » donnée par leur interlocuteur, le gouvernement devrait jouer la carte d’apaisement. Aussi devrait-il comprendre que le plus fort n’est jamais assez fort que s’il transforme sa force en faiblesse…Plusieurs observateurs convient le gouvernement et son chef à se mettre au dessus de la mêlée. Une année blanche coûterait à l’économie béninoise et aussi le mandat du locataire de la Marina pourrait recevoir ainsi un coup. L’histoire retiendra que le mandat de l’actuel chef de l’Etat a été marqué par une année scolaire qui n’est pas arrivée à terme. Nous n’en sommes pas encore là, et personne ne le souhaite certainement.

Dommages collatéraux d’une année scolaire invalidée

Les grévistes loin de les traiter de tous les noms d’oiseaux sont dans leur droit. Même si d’autres corps constitués et certaines analyses voient que c’est triste d’obtenir ses droits en privant les autres de leur liberté, il est également plausible de reconnaitre que c’est la République du Bénin qui fonctionne ainsi depuis 1960 après les indépendances nominales. En d’autres termes, les dirigeants cèdent aux revendications des travailleurs que si ces derniers abandonnent le travail ; que s’ils sentent vraiment le danger à leur porte ou s’ils voient leur électorat retourné contre eux (les dirigeants). Ecœurant, mais c’est la réalité au Bénin. Mais ici, il est question de l’avenir du pays car ce sont les futurs cadres qui sont en formation. Il est donc souhaitable que les grévistes mettent de l’eau dans leur vin. Ils doivent mesurer les dommages collatéraux que peut créer une année blanche. Les conséquences seraient catastrophiques et insupportables aux autres secteurs d’activités, à l’ensemble du pays. Le Bénin a connu une année scolaire blanche 1988-1989. Si l’année scolaire venait à être invalidée, les élèves seront livrés à divers vices. On pourrait assister de manière impuissante à une déchéance totale des mœurs, à la grande prostitution surtout des mineurs, aux vols répétés et au banditisme dans tout le pays. Une année scolaire blanche n’arrangera personne au Bénin. camp. Le peuple et les gouvernants en payeront les frais. Il faut alors sauver les meubles. Il faut que les Béninois se parlent. Et la rencontre gouvernement-syndicats est une opportunité pour mettre la balle à terre et sauver l’année scolaire 2017-2018.



Les articles les plus lus

  Concours de recrutement de 1175 APE et de 502 douaniers [23711 lectures]

  Une travailleuse de sexe déshabille un militaire "djakpata" à Menontin [8877 lectures]

  Les 83 probables députés élus pour la 7ème législature [7692 lectures]

  Yayi et Claude Padonou engagent le recrutement de 1000 jeunes [5147 lectures]

  Les sanctions auxquelles sont exposés les contrevenants [5029 lectures]

  La liste des 687 journalistes éligibles [4781 lectures]

  L’Etat reconnait une nouvelle liste de 37 universités privées [3998 lectures]

  Nos Contacts [3570 lectures]

  Liste définitive des 546 coordonnateurs d’arrondissements [3517 lectures]

  Sagbohan Danialou lutte contre la mort au Cnhu [3208 lectures]

  Lagos honore le General Gbian [2722 lectures]

  Le SMIG passe de 31.625 à 40.000 FCFA au Bénin [2426 lectures]

  La liste des 60 jeunes béninois présélectionnés pour la phase 2 [2329 lectures]

  L’IFSIO Parakou recrute sur concours 30 étudiants [2248 lectures]

  Une dame et son mari expulsés de leur location à Cotonou [2104 lectures]

  La Rédaction [2094 lectures]

  Un caporal-chef risque la radiation [1951 lectures]

  La liste des 30 établissements privés autorisés dont les filières de licence et de master sont homologuées [1908 lectures]

  Djibril Sagbohan inhumé ce jour à Porto-Novo [1890 lectures]

  Un deuxième puits de pétrole découvert à 80 km des côtes béninoises [1853 lectures]

  Fin des discussions entre Kerry et Lavrov, le dialogue continue [1821 lectures]

  16% comme taux national d’admissibilité au Bepc 2016 au Bénin [1771 lectures]

  Marcel de Souza offre le perchoir à Me Adrien Houngbédji [1739 lectures]

  Un voleur fait le sourd muet pour tromper la vigilance des forces de l’ordre [1707 lectures]

  Daniel Edah lance l’ouvrage " IL FERA BEAU" [1649 lectures]

Voir aussi : 0 | 25 | 50 | 75 | 100 | 125 | 150 | 175 | 200 | ... | 3175
Articles Similaires

Chronique

Examens de fin d’année : la vérité

Encore quelques semaines et bonjour les examens de fin d’année. Des milliers de nos compatriotes, dans tous les ordres enseignement, plancheront pour justifier leur année scolaire. Ils sont appelés à la conclure de la bonne manière qui soit. Il s’agit, presque toujours, d’un temps fort de la vie nationale, objet de... Lire la Chronique

  Examens de fin d’année : la vérité , 4 mai 2017

  Electorat flexible , 17 mars 2016 par Man Soph !

  Sélection naturelle de candidatures , 8 décembre 2015 par Man Soph !

  Gestion difficile d’un choix , 27 novembre 2015 par Man Soph !

  Le dernier mot , 27 novembre 2015 par Man Soph !

Voir aussi : 0 | 5 | 10 | 15 | 20
Flyer Wasexo.com

Conseil des Ministres

Suivez-nous

           

Ont fait la Une