Quotidien béninois d'informations, d'analyses, d'investigations et de publicités paraissant à Cotonou - ISSN : 1840-782X - Tel: +229 21 03 87 76
Accueil > Société / Santé > Un phénomène au galop

Grossesses en milieu scolaire

Un phénomène au galop

Par Réalisé par Marcel FANDJI et Sandrelle SANNI (Stagiaires Maison des Medias), 13 mars 2018 à 05:16 | 51 lectures
  

On en parle dans les médias. On dénonce…Sans pouvoir freiner la prévalence des grossesses en milieu scolaire. Bien au contraire, d’année en année, les statistiques enflent.

1648 cas de grossesses ont été enregistrés en milieu scolaire entre 2010 et 2012 et entre 2016-2017, on dénombre 2763 cas. Soit une hausse de plus de 1000 cas en un quinquennat. Les statistiques des 12 départements montrent clairement que le phénomène est au galop, avec ses multiples conséquences.

En effet, une fille qui tombe enceinte sur les bancs handicape son avenir et peut difficilement poursuivre le cursus, même si les textes en vigueur l’y autorisent, souligne un parent d’élève. Sans compter d’autres conséquences telles que la perte d’estime de soi, de repère, etc. selon des spécialistes.
Pour le directeur du CEG 2 de Godomey, Komlan Houinsou, les explications à la croissance du phénomène sont multiples. A commencer par « la pauvreté ambiante qui sévit de nos jours dans de nombreux foyers ». Il s’explique : « N’ayant pas de moyens pour subvenir aux besoins de leurs enfants, celles-ci sont obligées de se livrer à des hommes (camarades comme amis), afin de pouvoir obtenir de quoi se satisfaire ».

Sociologue-anthropologue, Elie Gangnido pointe d’un doigt accusateur la misère dans les foyers. La misère conduit généralement au non suivi des parents et à l’absence de distraction chez les enfants, dit-il. « Tant qu’il n’y a pas un mieux être dans le pays, les problèmes de ce genre vont toujours continuer à se développer », précise-t-il. Pour M. Gangnido ; « Le miséreux ne peut pas suivre ses enfants car il ne dispose pas des moyens nécessaires pour le faire ». Et le sociologue d’expliquer : « Le manque de moyens conduit à l’absence de distraction. Les parents n’ont pas de moyens pour amener leurs enfants au cinéma ou dans les centres de loisirs. Ces sorties qui auraient pu les occuper et à les éviter d’honorer à ces rendez-vous qui les conduisent souvent au lit avec leurs différents conjoints ».
Le directeur du CEG 2 de Godomey , quant à lui, met en exergue « la démission au niveau des parents d’élèves, la liberté accordée aux enfants sur la tenue vestimentaire », A cela, le surveillant général du CEG Cocotomey, Amadou Malèhossou, ajoute le « snobisme », auquel certaines élèves filles se laissent aller.

Obtenir une bonne moyenne…

Parfois, le loup est dans la bergerie. Des élèves tombent souvent enceintes de leurs professeurs. « De nos jours, nous ne pouvons plus parler d’harcèlement sexuel parce que ce sont les élèves elles-mêmes qui se livrent à leurs professeurs dans l’intention d’obtenir une bonne moyenne pour passer en classe supérieure », explique, Sonia, une élève en classe de terminale au GEG Cocotomey.
Pour Ida, élève en classe de terminale au CEG Cocotomey, on ne saurait parler de l’accroissement des cas de grossesses en milieu scolaire en occultant le rôle incitateur que jouent les médias à travers certains films suggestifs. « Ces films nous excitent et nous incitent à faire l’amour quand bien même nous n’avons pas encore l’âge de maturité », explique-t-elle.
Bien que la diffusion des feuilletons ait un grand impact négatif sur les élèves, la meilleure solution ne serait pas de les supprimer, nuance Elie Gangnido, sociologue-anthropologue. « Les chaines de télévision doivent penser à diffuser les feuilletons un peu plus éducatifs contrairement à ce que nous observons aujourd’hui », conseille M. Gangnido. Ce canal tant apprécié par les jeunes filles de nos jours, devrait ainsi être un moyen pour leur transmettre une bonne éducation, affirme le sociologue-anthropologue.

Par ailleurs, relève M. Gangnido, la dépendance du pays de l’extérieur, l’empêche d’établir un bon programme scolaire et un bon plan pour la jeunesse. « L’Etat doit pouvoir élaborer son plan ou son programme scolaire propre à lui afin de mettre en place un système de suivi et une équipe de sensibilisation des jeunes dans les différentes écoles », indique-t-il. Car, explique-t-il, les jeunes n’ont plus d’objectifs précis pour leur avenir. Les jeunes filles commencent l’école sans avoir un but donné, ce qui fait que ces cas de grossesse sont observés dans nos collèges. « Une vie sans objectifs ou sans avenir peut conduire à des débauches de ce genre », conclut-il.

Désacralisation

Pour freiner l’élan , M. Amadou Malehossou, surveillant général du CEG 2 de Godomey suggère : « l’accessibilité de l’information concernant tous les aspects de la sexualité avant l’amorce de l’adolescence qui commence entre 10 et 11 ans chez la jeune fille et entre 12 et 13 ans chez le jeune garçon. D’où la nécessité d’insister sur les cours d’éducation sexuelle déjà au primaire dans les classes CM (cours moyen), la désacralisation du sujet avec les parents ». Et de poursuivre : « il faut une connaissance des méthodes contraceptives (leur mode d’action, leurs intérêts et leurs limites). Enfin une connaissance des risques liés aux relations sexuelles non protégées (les grossesses, l’avortement et les MST/Sida) ».
M. Malehossou préconise en outre, la distribution gratuite des préservatifs aux élèves (filles comme garçons). « Ceci, précise-t-il, n’est pas un moyen d’incitation à la sexualité mais un moyen de protection au maximum de cette frange de jeunes qui découvrent l’amour sans en maîtriser les vraies conséquences ».
La conception d’un bon programme scolaire et la sensibilisation des jeunes sur la sexualité s’avèrent nécessaire, affirme le sociologue Gangnido, qui précise que l’Etat doit également mettre en place une bonne politique de gestion dans les différents secteurs (agricoles, industriels, etc.) afin de remédier au problème de la cherté de la vie. Ce qui aiderait, selon lui, les parents à trouver de quoi se suffire afin de penser aussi à l’éducation de leurs enfants.



Les articles les plus lus

  Concours de recrutement de 1175 APE et de 502 douaniers [23711 lectures]

  Une travailleuse de sexe déshabille un militaire "djakpata" à Menontin [8877 lectures]

  Les 83 probables députés élus pour la 7ème législature [7692 lectures]

  Yayi et Claude Padonou engagent le recrutement de 1000 jeunes [5147 lectures]

  Les sanctions auxquelles sont exposés les contrevenants [5029 lectures]

  La liste des 687 journalistes éligibles [4781 lectures]

  L’Etat reconnait une nouvelle liste de 37 universités privées [3998 lectures]

  Nos Contacts [3570 lectures]

  Liste définitive des 546 coordonnateurs d’arrondissements [3517 lectures]

  Sagbohan Danialou lutte contre la mort au Cnhu [3208 lectures]

  Lagos honore le General Gbian [2722 lectures]

  Le SMIG passe de 31.625 à 40.000 FCFA au Bénin [2426 lectures]

  La liste des 60 jeunes béninois présélectionnés pour la phase 2 [2329 lectures]

  L’IFSIO Parakou recrute sur concours 30 étudiants [2248 lectures]

  Une dame et son mari expulsés de leur location à Cotonou [2104 lectures]

  La Rédaction [2094 lectures]

  Un caporal-chef risque la radiation [1951 lectures]

  La liste des 30 établissements privés autorisés dont les filières de licence et de master sont homologuées [1908 lectures]

  Djibril Sagbohan inhumé ce jour à Porto-Novo [1890 lectures]

  Un deuxième puits de pétrole découvert à 80 km des côtes béninoises [1853 lectures]

  Fin des discussions entre Kerry et Lavrov, le dialogue continue [1821 lectures]

  16% comme taux national d’admissibilité au Bepc 2016 au Bénin [1771 lectures]

  Marcel de Souza offre le perchoir à Me Adrien Houngbédji [1739 lectures]

  Un voleur fait le sourd muet pour tromper la vigilance des forces de l’ordre [1707 lectures]

  Daniel Edah lance l’ouvrage " IL FERA BEAU" [1649 lectures]

Voir aussi : 0 | 25 | 50 | 75 | 100 | 125 | 150 | 175 | 200 | ... | 3175
Articles Similaires

Chronique

Examens de fin d’année : la vérité

Encore quelques semaines et bonjour les examens de fin d’année. Des milliers de nos compatriotes, dans tous les ordres enseignement, plancheront pour justifier leur année scolaire. Ils sont appelés à la conclure de la bonne manière qui soit. Il s’agit, presque toujours, d’un temps fort de la vie nationale, objet de... Lire la Chronique

  Examens de fin d’année : la vérité , 4 mai 2017

  Electorat flexible , 17 mars 2016 par Man Soph !

  Sélection naturelle de candidatures , 8 décembre 2015 par Man Soph !

  Gestion difficile d’un choix , 27 novembre 2015 par Man Soph !

  Le dernier mot , 27 novembre 2015 par Man Soph !

Voir aussi : 0 | 5 | 10 | 15 | 20
Flyer Wasexo.com

Conseil des Ministres

Suivez-nous

           

Ont fait la Une