Quotidien béninois d'informations, d'analyses, d'investigations et de publicités paraissant à Cotonou - ISSN : 1840-782X - Tel: +229 21 03 87 76
Accueil > Politique > « Notre mission … est de réparer le présent et semer pour demain (...)

Message de Patrice Talon aux Béninois à l’occasion des deux ans de son accession au pouvoir

« Notre mission … est de réparer le présent et semer pour demain »

Par Armelle C. CHABI, 9 avril 2018 à 06:29 | 68 lectures
  

06 avril 2016 - 06 avril 2018. Cela fait deux ans que Patrice Talon a pris les rênes du Bénin au titre de Président de la république, chef de l’Etat et chef du gouvernement. A l’occasion des deux ans de son accession au pouvoir, il a adressé un message aux béninois. Se faisant clair et concis, il a précisé ses ambitions pour le Bénin. Le chef de l’Etat a invité les béninois à croire en ce Bénin nouveau qui est en train d’être construit. « Notre mission d’aujourd’hui est de réparer le présent et semer pour demain », dit-il. Voilà un des messages forts de son message.

Ce 6 avril 2018, jour anniversaire de son accession au pouvoir, le président a délivré un message au peuple béninois par le biais d’un post publié sur sa page facebook.
Dans ses propos liminaires, le président de la République a rappelé le désir de réformer qui l’animait alors qu’il n’était encore qu’un simple candidat. Son élection à la tête du pays n’a fait que consolider cette volonté de réformer à l’en croire. Aujourd’hui poursuit-il, c’est devenu« mon credo, l’impératif préalable à la révélation de notre potentiel commun, facteur essentiel de développement de tous les peuples ». Patrice Talon a par ailleurs reconnu que ces réformes exigent des efforts de chaque béninois. Mais pour lui, rien de grand ni de beau, rien de durable ne s’obtient sans l’effort requis, sans l’investissement obstiné, sans l’organisation rigoureuse.
Beaucoup d’efforts sont consentis dans le cadre de la réalisation du Programme d’Action du gouvernement (Pag). Pour construire une maison, il faut une base solide qui résiste aux vents et aux intempéries. « Nos efforts d’aujourd’hui, notre bonheur de demain », souligne Patrice Talon. C’est dire que les efforts consentis aujourd’hui constituent les bases du bonheur de demain. Le Bénin sera prospère si ses filles et fils ensemble se mettent ensemble pour travailler. « C’est ce qui fonde ma foi dans le grand dessein de notre pays et ma certitude que notre travail collectif, assidu et acharné, est gage de notre prospérité, de notre bien-être individuel et collectif », souligne le chef de l’Etat.

« Je déborde parfois d’énergie »

En acceptant de faire ces sacrifices Patrice Talon reste convaincu que l’Etat pourra améliorer le quotidien proche des béninois et de leurs progénitures, qui vivront dans un pays où leur avenir ne sera pas conditionné par le niveau social de leurs parents. Un pays où« chacun peut disposer du minimum, s’instruire et se soigner quelle que soit sa catégorie sociale ». C’est pourquoi il déclare : « Notre mission d’aujourd’hui est de réparer le présent et semer pour demain, afin que notre quotidien proche s’améliore et que nos enfants vivent mieux, dans un pays où l’avenir d’un nouveau-né ne sera plus exclusivement déterminé par les conditions matérielles de ses parents, un pays où chacun peut disposer du minimum, s’instruire et se soigner quelle que soit sa catégorie sociale, un pays en confiance dont nous serons fiers d’avoir œuvré au développement durable et harmonieux ».
Les Béninois sont capables de construire ensemble ce rêve. Et c’est à cause de cela que le chef de l’Etat « déborde parfois d’énergie », et affirme avoir « envie de contourner les obstacles inutiles ».

« Je vais au rythme qu’impose notre droit au bonheur »

Selon le chef de l’Etat, ce rêve est possible et c’est justement parce qu’il croit les béninois capables de le bâtir qu’il a envie de les entraîner dans son rythme que d’aucun juge « effréné »ou « trop pressé ». Il rassure cependant, qu’il ne va pas trop vite. « Je ne vais pas trop vite. Je vais au rythme qu’imposent les urgences, les attentes, les exigences de notre pays ; je vais au rythme qu’impose notre droit en tant que peuple aux meilleures conditions possibles de vie ; je vais au rythme qu’impose notre droit au bonheur tout simplement ».
Le chef de l’Etat a par ailleurs évoqué les actions qu’il a menées depuis son accession au pouvoir. Entre autres, l’assainissement des finances publiques, les chantiers de construction des centrales thermiques, le projet asphaltage, les projets touristiques, le Ravip, et la construction de l’aéroport de Glo-Djigbé qui va démarrer sous peu.
Il reconnait que ses actions ne sont pas comprises de tout le monde. « Je comprends ces incompréhensions exprimées ici ou là. Je mesure les tensions qu’elles génèrent ainsi que les amalgames auxquels elles conduisent. Les frictions récentes sur le front social en sont l’illustration. Ces crispations circonstancielles laisseront échapper les sillons nouveaux de l’Etat moderne auquel chacun de nous aspire », dit-il.
Mais il reste convaincu que « ces crispations circonstancielles laisseront échapper les sillons nouveaux de l’Etat moderne auquel (chaque béninois) aspire » parce que la mission de son gouvernement est de « réparer le présent et semer pour demain ». Car en effet, Patrice Talon aime son pays le Bénin : « J’aime mon pays, le Bénin, et ma foi en son avenir radieux est inébranlable. C’est pourquoi je ne retiens pas ma passion à le servir. Je ne ménage ni mon enthousiasme, ni mon énergie à contribuer à sa révélation à nous-mêmes et au monde », promet-il aux Béninois.

Intégralité du message du chef de l’Etat
Nos efforts d’aujourd’hui, notre bonheur de demain

« Au moment où je sollicitais vos suffrages en 2016, je percevais déjà l’immensité de la tâche à accomplir, l’urgence des chantiers fondateurs à ouvrir, mais surtout l’exigence de l’effort collectif qui les porterait. Je le savais parce que la volonté de réformer a longtemps manqué à la gouvernance de notre pays.
Depuis le 6 avril 2016, à l’épreuve de l’exercice du pouvoir, cette conviction s’est consolidée pour devenir mon credo, l’impératif préalable à la révélation de notre potentiel commun, facteur essentiel du développement de tous les peuples.
C’est ce qui fonde ma foi dans le grand dessein de notre pays et ma certitude que notre travail collectif, assidu et acharné, est gage de notre prospérité, de notre bien-être individuel et collectif. C’est enfin l’illustration, tirée de la vérité universelle, que rien de grand ni de beau, rien de durable ne s’obstient sans l’effort requis, sans l’investissement obstiné, sans l’organisation rigoureuse. C’est le travail et le sérieux qui génèrent la richesse.
C’est la raison pour laquelle, dès les premières heures du mandat que vous m’avez confié, je vous ai conviés à renoncer à la facilité. Notre mission d’aujourd’hui est de réparer le présent et semer pour demain, afin que notre quotidien proche s’améliore et que nos enfants vivent mieux, dans un pays où l’avenir d’un nouveau-né ne sera plus exclusivement déterminé par les conditions matérielles de ses parents, un pays où chacun peut disposer du minimum, s’instruire et se soigner quelle que soit sa catégorie sociale, un pays en confiance dont nous serons fiers d’avoir œuvré au développement durable et harmonieux. Je sais que tout cela est possible, qu’il est à portée de main. C’est justement parce que je nous sens capables de construire ensemble ce rêve que je déborde parfois d’énergie, que j’ai envie de contourner les obstacles inutiles, que j’ai envie de vous entraîner dans mon rythme jugé « effréné » ou « trop pressé ».
C’est parce que je crois au cycle du développement et aux vents favorables qu’il faut savoir saisir. Je sais que le temps qui passe sans être mis à profit aujourd’hui nous condamne à plus d’efforts encore demain, à plus de sacrifices. Je peux donc vous rassurer. Non, je ne vais pas trop vite. Je vais au rythme qu’imposent les urgences, les attentes, les exigences de notre pays ; je vais au rythme qu’impose notre droit en tant que peuple aux meilleures conditions possibles de vie ; je vais au rythme qu’impose notre droit au bonheur tout simplement.
Dans cette perspective, les nombreuses réformes engagées et les actions initiées depuis deux ans nous rassurent que nous sommes dans la bonne direction.
Qu’il s’agisse de l’assainissement des finances publiques qui va de pair avec la réduction du train de vie de l’Etat, pour mettre fin aux évasions de toutes sortes afin de consacrer l’argent public à la satisfaction des besoins de tous et particulièrement des plus vulnérables ;
Qu’il s’agisse des chantiers de construction de centrales thermiques pour nous garantir, à court terme, une autonomie énergétique certaine ;
Qu’il s’agisse encore des infrastructures routières, d’aménagements urbains comme l’asphaltage des rues dans neuf (9) communes du pays, la modernisation de la gestion des déchets solides ménagers ;
Qu’il s’agisse de projets structurants comme l’aéroport de Glo-Djigbé, le contournement Nord de Cotonou, ou encore l’hôpital de référence d’Abomey-Calavi ;
Qu’il s’agisse de projets tout aussi structurants visant à moderniser le cadre de vie et la gouvernance comme la numérisation du cadastre et la dématérialisation de l’administration publique (smart gouv et data center national) ;
Qu’il s’agisse par ailleurs des projets phares dans le domaine culturel et touristique ;
Qu’il s’agisse du Recensement Administratif à Vocation d’Identification de la Population (RAVIP) qui va générer la carte unique à tout faire, préalable à la mise en œuvre de l’Assurance pour le Renforcement du Capital Humain (ARCH), laquelle permettra la prise en charge sanitaire des pauvres extrêmes et non extrêmes (environ 4 millions), et le déploiement à grande échelle de microcrédits ;
Qu’il s’agisse du chantier de fourniture d’eau potable à tous d’ici à 2021 dans le cadre duquel des investissements significatifs sont déjà engagés, notamment dans les Collines, dans le Zou, dans le Borgou et dans l’Atlantique ;
Qu’il s’agisse enfin de la lutte implacable contre la corruption et l’impunité que j’entends poursuivre sans relâche ;
Tous ces chantiers sont engagés avec mon Gouvernement sans toujours attendre que tout le monde soit prêt, parce que je sais qu’il nous faut oser, encore et encore ;
Qu’il nous faut travailler sans relâche si nous voulons que notre pays compte comme un partenaire majeur et crédible sur la scène internationale.
Bien entendu, tout ceci ne manque pas de susciter des incompréhensions.
Je comprends ces incompréhensions exprimées ici ou là. Je mesure les tensions qu’elles génèrent ainsi que les amalgames auxquels elles conduisent. Les frictions récentes sur le front social en sont l’illustration. Ces crispations circonstancielles laisseront échapper les sillons nouveaux de l’Etat moderne auquel chacun de nous aspire. J’en tiens grand compte et suis persuadé qu’en apprenant de la situation sociale actuelle, nous saurons trouver les solutions les plus efficaces, en tant que société organisée, pour aller durablement de l’avant.
Parce que nous sommes un grand peuple, parce que nous sommes un grand pays, parce que nous voulons le meilleur pour tous et pour chacun, nous y arriverons dans un climat national serein et apaisé.
Je vous rends hommage, à vous tous filles et fils du Bénin, pour avoir compris et accepté, depuis deux ans, d’apporter votre contribution remarquable à la réalisation de cette noble cause.
J’aime mon pays, le Bénin, et ma foi en son avenir radieux est inébranlable. C’est pourquoi je ne retiens pas ma passion à le servir. Je ne ménage ni mon enthousiasme, ni mon énergie à contribuer à sa révélation à nous-mêmes et au monde.
Nous méritons le meilleur. Ensemble continuons d’y travailler. Car nos efforts et sacrifices d’aujourd’hui construisent notre bonheur de demain ».
Patrice TALON



Les articles les plus lus

  La liste des 680 personnes invitées à participer à l’épreuve du code lundi prochain [469 lectures]

  Les travailleurs de la Sonapra répliquent [468 lectures]

  La liste des 18 joueurs retenus pour le match Congo- Bénin [468 lectures]

  Le maire de Bopa condamné à deux mois d’emprisonnement avec sursis [466 lectures]

  Les six points du point de presse du conseil des ministres du mercredi 15 février 2017 [466 lectures]

  Le camp Buhari revendique la victoire [464 lectures]

  Le premier au bac 2017 dévoile le secret de sa réussite [463 lectures]

  Liste définitive des candidats de l’UN [462 lectures]

  Huguette Amélie Amoussou au Port et Bernard Amoussou Sossou nouveau Dg Sobemap [461 lectures]

  Boni Yayi reçoit Rachidi Gbadamassi [460 lectures]

  115.255 candidats inscrits au Bac 2017 contre 115.322 en 2016 et 116.865 en 2015 [459 lectures]

  Un second câble-sous marin pour soulager les internautes [457 lectures]

  Louis Phillipe Houndégnon passe le témoin, ce jour [456 lectures]

  La Fédération des acconiers et chef sécurité sollicitent Jonas Gbian et Djènontin [455 lectures]

  Yayi n’a pas pu se rendre à Bujumbura [452 lectures]

  La Cour d’Appel déboute Bolloré [450 lectures]

  Les artisans de la suppression de cette fête chassés du couvent ORO [448 lectures]

  Réunion secrète pour le second tour [448 lectures]

  Le maire Georges Bada installe les Ca d’Akassato, de Calavi Centre et de Togba [447 lectures]

  Unanimité autour du budget de l’Etat [444 lectures]

  Un réseau mondial honore le général Fernand Amoussou [443 lectures]

  Le régisseur et l’ex-receveur percepteur gardés à vue à Cotonou [443 lectures]

  53 chefs d’Etat ont confirmé leur présence [442 lectures]

  La liste des 3.432 admis pour le secondaire et 3.601 pour le primaire [440 lectures]

  Ca passe pour le Brésil [439 lectures]

Voir aussi : 0 | ... | 100 | 125 | 150 | 175 | 200 | 225 | 250 | 275 | 300 | ... | 3050
Articles Similaires

Chronique

Examens de fin d’année : la vérité

Encore quelques semaines et bonjour les examens de fin d’année. Des milliers de nos compatriotes, dans tous les ordres enseignement, plancheront pour justifier leur année scolaire. Ils sont appelés à la conclure de la bonne manière qui soit. Il s’agit, presque toujours, d’un temps fort de la vie nationale, objet de... Lire la Chronique

  Examens de fin d’année : la vérité , 4 mai 2017

  Electorat flexible , 17 mars 2016 par Man Soph !

  Sélection naturelle de candidatures , 8 décembre 2015 par Man Soph !

  Gestion difficile d’un choix , 27 novembre 2015 par Man Soph !

  Le dernier mot , 27 novembre 2015 par Man Soph !

Voir aussi : 0 | 5 | 10 | 15 | 20
Flyer Wasexo.com

Conseil des Ministres

Suivez-nous

           

Ont fait la Une