Quotidien béninois d'informations, d'analyses, d'investigations et de publicités paraissant à Cotonou - ISSN : 1840-782X - Tel: +229 21 03 87 76
Accueil > Société / Santé > Les examens nationaux (licence) auront lieu cette année en août (...)

Selon le ministre de l’enseignement supérieur

Les examens nationaux (licence) auront lieu cette année en août 2017

(La deuxième édition aura lieu en 2018 et la dernière édition en 2019 », dixit Marie Odile Attanasso)

Par La Rédaction, 17 mai 2017 à 04:56 | 114 lectures
  

Les examens nationaux au profit des établissements privés d’enseignement supérieur auront lieu cette année en août 2017. La deuxième édition en 2018 et la dernière édition en 2019. L’information a été donnée au cours d’un point de presse, lundi dernier, par le ministre de l’enseignement supérieur, Mme Marie-Odile Attanasso. Une sortie qui a permis au ministre de clarifier un pan des réformes du gouvernement dans son secteur.

Les examens nationaux se feront dans une période transitoire de trois ans au cours de laquelle il est demandé aux établissements privés d’enseignement supérieur ( Epes) de se mettre en règle vis-à-vis des textes.
Lors de son point de presse, le ministre de l’enseignement supérieur , madame Marie-Odile Attanasso, a rassuré les promoteurs encore réticents, les parents d’étudiants ainsi que les étudiants que les examens nationaux offrent une historique opportunité et une chance pour la formation de ressources humaines de qualité pour un développement harmonieux et durable du Bénin. Lire sa déclaration.

Mesdames et messieurs ,
Les récents développements de l’actualité, relativement au secteur de l’Enseignement supérieur, m’imposent d’expliquer à l’opinion publique les motivations et la pertinence des réformes entreprises par le Gouvernement. C’est la raison pour laquelle vous êtes conviés à ce point de presse.
L’Education nationale est placée sous la responsabilité de l’Etat, qui garantit aux citoyens la réalité du droit à l’éducation par la mise en place d’un système de formation. Les collectivités locales et publiques contribuent à l’effort de l’Etat en matière d’éducation.
L’initiative privée, individuelle ou collective, peut dans les conditions définies par la loi, concourir à l’œuvre de l’éducation et de la formation.
L’Etat est garant de la qualité de l’Education et de la Formation, ainsi que des titres décernés. Il contrôle les niveaux de l’Education et de la Formation.
Les régimes ainsi que les conditions de fonctionnement des établissements privés d’enseignement supérieur (EPES) sont fixés dans le Décret 818-2008 du 31 décembre 2008. Depuis juin 2010, il est institué en République du Bénin, conformément au décret n° 2010-297 du 11 juin 2010 portant conditions de reconnaissance des diplômes délivrés par les établissements privés d’enseignement supérieur , un processus de reconnaissance des diplômes délivrés aux étudiants par les établissements d’enseignement supérieur privés ayant rempli les conditions prévues à cet effet. Ces textes disposent clairement des conditions de fonctionnement et de reconnaissance des diplômes délivrés par les EPES. Ainsi :

1) C’est seulement lorsque l’Etat n’organise pas d’examen national que le mécanisme de reconnaissance des diplômes délivrés par les EPES à savoir la Co-signature entre en vigueur. Le titre du Décret 2010-297 est clair à ce propos.

2) La Co-signature telle qu’elle est conçue et pratiquée, crée une énorme injustice aux parents et apprenants qui, parfois bien qu’étant de bonne foi, n’ont toujours pas l’information juste pour choisir le bon établissement. La preuve, sur plus de 146 EPES autorisés pour la licence et le Master, seulement 52 bénéficient de la co-signature de diplôme et encore, pas dans toutes les filières.

3) Le système LMD n’est pas encore une réalité complète et entière au Bénin. Ni dans le public, encore moins dans le privé. Il est une architecture nouvelle que chaque pays doit adapter à son contexte et à ses réalités,
4) Les examens nationaux ne sont donc ni contraires aux textes en vigueur, ni au système LMD, ni incompatibles avec l’appartenance du Bénin au CAMES ; encore moins discriminatoires. Ils se feront dans une période transitoire de trois ans au cours de laquelle. Les EPES doivent donc se mettre en règle vis-à-vis des textes. Et c’est tout ce que le Gouvernement de la République leur demande.
1- Mais quels sont les avantages d’une telle décision ?
3.1. Sur le plan social
– l’impossible coût social à payer en fermant tous les EPES sera évité,
– les inégalités et injustices créées de fait, par le système actuellement en place seront corrigées,
– les importants investissements financiers que font les promoteurs d’écoles et les parents seront sécurisés et rentabilisés,
– la légitimité des EPES et la remarquable contribution qu’ils apportent à l’Etat seront valorisées,
– la mobilité des jeunes pour les études sera sauvegardée,
– l’Etat pourra mettre davantage de moyens dans le secteur pour accompagner les EPES en se basant sur la performance de ces derniers,
– l’employabilité des jeunes sera renforcée et le chômage reculera,
– aux parents , je voudrais dire : que l’examen offre aux apprenants deux possibilités : la première : ils ont une attestation après validation des 180 crédits pour la licence et des 300 crédits pour le Master. Cette attestation peut être utilisée dans les pays de la sous-région de l’espace CAMES et entre établissements à l’intérieur du pays ; la deuxième : tous les apprenants aussi bien des établissements qui avaient la co-signature que ceux qui n’en avaient pas peuvent être retenus pour les examens d’Etat. Tous les apprenants des établissements privés d’enseignement supérieur auront les mêmes droits que ceux des établissements publics. Ceci participe de la justice sociale et de l’équité.
3.2. Sur le plan de la qualité
– les EPES seront obligés de se mettre en règle pour respecter un minimum de standard,
– les EPES pourront recruter les nombreux docteurs formés pour avoir leur corps professoral propre, ce qui réduirait le nombre de docteurs sans emplois.
– la qualité du personnel enseignant sera renforcée et la formation sera meilleure,
– le secteur privé de l’enseignement évoluera pour devenir « homologue » du secteur public,
– le système LMD aura un début d’application réelle et conséquente dans notre pays,
– les abus et autres dérapages laisseront place à la compétitivité et au sérieux,
– le secteur des EPES sera assaini et ceux qui ne respecteront pas les textes après ces réformes seront fermés.
Somme toute, l’organisation des examens nationaux est, en l’état actuel des défis qui se posent au système, la meilleure réforme pour assainir le secteur. Elle permettra entres autres, de réduire substantiellement les inégalités et injustices observées, d’assurer l’équité de fait à tous les apprenants et enfin de légitimer davantage le travail remarquable que font les EPES.
Je voudrais rassurer les promoteurs encore réticents, les parents d’étudiants et les étudiants que les examens nationaux offrent une historique opportunité et une chance pour la formation de ressources humaines de qualité pour un développement harmonieux et durable du Bénin. Les examens auront lieu cette année en août 2017, la deuxième édition en 2018 et la dernière édition en 2019. C’est pourquoi j’appelle vivement tous les promoteurs privés d’enseignement supérieur à rentrer dans le processus d’homologation de leurs établissements.
Je vous remercie.

Mme Marie-Odile ATTANASSO



Les articles les plus lus

  Concours de recrutement de 1175 APE et de 502 douaniers [22559 lectures]

  Une travailleuse de sexe déshabille un militaire "djakpata" à Menontin [7918 lectures]

  Les 83 probables députés élus pour la 7ème législature [7446 lectures]

  Les sanctions auxquelles sont exposés les contrevenants [4907 lectures]

  Yayi et Claude Padonou engagent le recrutement de 1000 jeunes [4882 lectures]

  La liste des 687 journalistes éligibles [3963 lectures]

  Liste définitive des 546 coordonnateurs d’arrondissements [3044 lectures]

  Sagbohan Danialou lutte contre la mort au Cnhu [2976 lectures]

  Nos Contacts [2889 lectures]

  Lagos honore le General Gbian [2581 lectures]

  Le SMIG passe de 31.625 à 40.000 FCFA au Bénin [2211 lectures]

  La liste des 60 jeunes béninois présélectionnés pour la phase 2 [2172 lectures]

  Une dame et son mari expulsés de leur location à Cotonou [1936 lectures]

  Un caporal-chef risque la radiation [1816 lectures]

  La Rédaction [1775 lectures]

  Djibril Sagbohan inhumé ce jour à Porto-Novo [1727 lectures]

  L’IFSIO Parakou recrute sur concours 30 étudiants [1707 lectures]

  L’Etat reconnait une nouvelle liste de 37 universités privées [1659 lectures]

  La liste des 30 établissements privés autorisés dont les filières de licence et de master sont homologuées [1645 lectures]

  Un deuxième puits de pétrole découvert à 80 km des côtes béninoises [1640 lectures]

  Marcel de Souza offre le perchoir à Me Adrien Houngbédji [1596 lectures]

  16% comme taux national d’admissibilité au Bepc 2016 au Bénin [1594 lectures]

  Un voleur fait le sourd muet pour tromper la vigilance des forces de l’ordre [1541 lectures]

  Daniel Edah lance l’ouvrage " IL FERA BEAU" [1538 lectures]

  Fin des discussions entre Kerry et Lavrov, le dialogue continue [1535 lectures]

Voir aussi : 0 | 25 | 50 | 75 | 100 | 125 | 150 | 175 | 200 | ... | 2625
Articles Similaires

Chronique

Examens de fin d’année : la vérité

Encore quelques semaines et bonjour les examens de fin d’année. Des milliers de nos compatriotes, dans tous les ordres enseignement, plancheront pour justifier leur année scolaire. Ils sont appelés à la conclure de la bonne manière qui soit. Il s’agit, presque toujours, d’un temps fort de la vie nationale, objet de... Lire la Chronique

  Examens de fin d’année : la vérité , 4 mai 2017

  Electorat flexible , 17 mars 2016 par Man Soph !

  Sélection naturelle de candidatures , 8 décembre 2015 par Man Soph !

  Gestion difficile d’un choix , 27 novembre 2015 par Man Soph !

  Le dernier mot , 27 novembre 2015 par Man Soph !

Voir aussi : 0 | 5 | 10 | 15 | 20
Flyer Wasexo.com

Conseil des Ministres

Suivez-nous

           

Ont fait la Une