Quotidien béninois d'informations, d'analyses, d'investigations et de publicités paraissant à Cotonou - ISSN : 1840-782X - Tel: +229 21 03 87 76
Accueil > Politique > Le Général Nazaire Hounnonkpè explique la présence de la police au domicile de (...)

Polémique autour de la perquisition sans mandat

Le Général Nazaire Hounnonkpè explique la présence de la police au domicile de Lehady Soglo

Par La Rédaction, 31 juillet 2017 à 05:48 | 156 lectures
  

Suite à la conférence de presse de Joseph Djogbénou, garde des sceaux, ministre de la Justice, de la législative et des droits de l’homme ce samedi 29 Juillet 2017 pour clarifier ce qui s’est passé au domicile du Maire de la Ville de Cotonou le vendredi dernier, le conseiller spécial aux questions sécuritaires du président de la République, le général Nazaire Hounnonkpè était sur les plateaux de CANAL 3 ce dimanche 30 Juillet 2017 pour apporter des précisions par rapport au nouveau code de la procédure civile.

Selon le général Nazaire Hounnonkpè, les commentaires distillés sur les réseaux sociaux concernant la perquisition du domicile du Maire suspendu de la ville de Cotonou est une méconnaissance de la loi.
S’il reconnait que l’Officier de la Police Judiciaire (OPJ) ne peut poser un acte sans l’autorisation du Procureur de la République, il tient tout de même à porter la nuance que dans sa volonté de lutter par tous les moyens contre certains actes de mauvaise gouvernance, le législateur a corsé certaines dispositions dans la loi portant lutte contre la corruption.

En effet, au terme des dispositions de l’article 23 de la LOI N° 2011-20 DU 12 OCTOBRE 2011 portant lutte contre la corruption et autres infractions connexes en République du Bénin, dispose :
“Si la nature de l’infraction est telle que la preuve puisse en être acquise par la saisie des papiers, documents ou autres objets en la possession des personnes qui paraissent avoir participé à sa commission et/ou détenir les pièces ou objets relatifs aux faits incriminés, l’officier de police judiciaire se transporte sans désemparer au domicile de ces dernières pour y procéder à une perquisition dont il dresse procès-verbal.”

Selon l’alinéa suivant du même article 23, “en cas d’absence de la personne dont le domicile est perquisitionné, l’officier de police judiciaire procède à la perquisition en présence de deux témoins et de toute personne qualifiée à laquelle il a éventuellement recours dans le cadre de l’application de la présente loi…”
Par ailleurs, l’article 26 dispose : ” Sur autorisation préalable du procureur de la République compétent, les visites, perquisitions et saisies pourront être opérées à toute heure du jour et de la nuit en vue d’y constater des infractions prévues par la présente loi.”
Les formalités mentionnées à l’article 23 et au présent article sont prescrites sous peine de nullité” a-t-il rappelé.
Après avoir fait l’exposition de ces dispositions de la loi, le général Nazaire Hounnonkpè affirme qu’il n’est pas sûr que ces collègues se soient portés au domicile du Maire sans prendre des précautions. S’autorisant quelques commentaires, le chargé de mission aux affaires sécuritaires du chef de l’Etat pense qu’il y a des comportements auxquels il faut mettre un terme en appliquant l’article 137 de la LOI N° 2011-20 DU 12 OCTOBRE 2011.
Article 137 : “Est puni des peines prévues à l’article 41 de la présente loi, quiconque recourt à la force physique, à des menaces ou intimidations ou à tout autre moyen pour empêcher un agent de la justice ou un agent des services de détection ou de répression habilité à exercer les devoirs de sa charge en rapport avec la commission de l’une des infractions prévues dans la présente loi.”
Pour lui, “nous sommes dans un pays de droit et un procureur courageux peut mettre en oeuvre les dispositions de l’article 137

Parce qu’on est président de la République ou une personnalité du pays et que votre fils tombe sous le coup de la loi, il faut faire obstruction à la procédure judiciaire. “Ce n’est pas normal que dans un pays, on crée une classe de privilégiée…Ce n’est pas normal pour l’efficacité du système judiciaire” conclut-il.
S’il reconnait que l’Officier de la Police Judiciaire (OPJ) ne peut poser un acte sans l’autorisation du Procureur de la République, il tient tout de même à porter la nuance que dans sa volonté de lutter par tous les moyens contre certains actes de mauvaise gouvernance, le législateur a corsé certaines dispositions dans la loi portant lutte contre la corruption.
En effet, au terme des dispositions de l’article 23 de la LOI N° 2011-20 DU 12 OCTOBRE 2011 portant lutte contre la corruption et autres infractions connexes en République du Bénin, dispose :
“Si la nature de l’infraction est telle que la preuve puisse en être acquise par la saisie des papiers, documents ou autres objets en la possession des personnes qui paraissent avoir participé à sa commission et/ou détenir les pièces ou objets relatifs aux faits incriminés, l’officier de police judiciaire se transporte sans désemparer au domicile de ces dernières pour y procéder à une perquisition dont il dresse procès-verbal.”
Selon l’alinéa suivant du même article 23, “en cas d’absence de la personne dont le domicile est perquisitionné, l’officier de police judiciaire procède à la perquisition en présence de deux témoins et de toute personne qualifiée à laquelle il a éventuellement recours dans le cadre de l’application de la présente loi…”
Par ailleurs, l’article 26 dispose : ” Sur autorisation préalable du procureur de la République compétent, les visites, perquisitions et saisies pourront être opérées à toute heure du jour et de la nuit en vue d’y constater des infractions prévues par la présente loi.”

Les formalités mentionnées à l’article 23 et au présent article sont prescrites sous peine de nullité” a-t-il rappelé.
Après avoir fait l’exposition de ces dispositions de la loi, le général Nazaire Hounnonkpè affirme qu’il n’est pas sûr que ces collègues se soient portés au domicile du Maire sans prendre des précautions. S’autorisant quelques commentaires, le chargé de mission aux affaires sécuritaires du chef de l’Etat pense qu’il y a des comportements auxquels il faut mettre un terme en appliquant l’article 137 de la LOI N° 2011-20 DU 12 OCTOBRE 2011.
Article 137 : “Est puni des peines prévues à l’article 41 de la présente loi, quiconque recourt à la force physique, à des menaces ou intimidations ou à tout autre moyen pour empêcher un agent de la justice ou un agent des services de détection ou de répression habilité à exercer les devoirs de sa charge en rapport avec la commission de l’une des infractions prévues dans la présente loi.”
Pour lui, “nous sommes dans un pays de droit et un procureur courageux peut mettre en oeuvre les dispositions de l’article 137“.

Parce qu’on est président de la République ou une personnalité du pays et que votre fils tombe sous le coup de la loi, il faut faire obstruction à la procédure judiciaire. “Ce n’est pas normal que dans un pays, on crée une classe de privilégiée…Ce n’est pas normal pour l’efficacité du système judiciaire” conclut-il.



Les articles les plus lus

  Concours de recrutement de 1175 APE et de 502 douaniers [22560 lectures]

  Une travailleuse de sexe déshabille un militaire "djakpata" à Menontin [7919 lectures]

  Les 83 probables députés élus pour la 7ème législature [7447 lectures]

  Les sanctions auxquelles sont exposés les contrevenants [4907 lectures]

  Yayi et Claude Padonou engagent le recrutement de 1000 jeunes [4882 lectures]

  La liste des 687 journalistes éligibles [3964 lectures]

  Liste définitive des 546 coordonnateurs d’arrondissements [3044 lectures]

  Sagbohan Danialou lutte contre la mort au Cnhu [2977 lectures]

  Nos Contacts [2891 lectures]

  Lagos honore le General Gbian [2582 lectures]

  Le SMIG passe de 31.625 à 40.000 FCFA au Bénin [2211 lectures]

  La liste des 60 jeunes béninois présélectionnés pour la phase 2 [2172 lectures]

  Une dame et son mari expulsés de leur location à Cotonou [1936 lectures]

  Un caporal-chef risque la radiation [1816 lectures]

  La Rédaction [1777 lectures]

  Djibril Sagbohan inhumé ce jour à Porto-Novo [1727 lectures]

  L’IFSIO Parakou recrute sur concours 30 étudiants [1708 lectures]

  L’Etat reconnait une nouvelle liste de 37 universités privées [1664 lectures]

  La liste des 30 établissements privés autorisés dont les filières de licence et de master sont homologuées [1646 lectures]

  Un deuxième puits de pétrole découvert à 80 km des côtes béninoises [1640 lectures]

  Marcel de Souza offre le perchoir à Me Adrien Houngbédji [1596 lectures]

  16% comme taux national d’admissibilité au Bepc 2016 au Bénin [1594 lectures]

  Un voleur fait le sourd muet pour tromper la vigilance des forces de l’ordre [1541 lectures]

  Daniel Edah lance l’ouvrage " IL FERA BEAU" [1538 lectures]

  Fin des discussions entre Kerry et Lavrov, le dialogue continue [1535 lectures]

Voir aussi : 0 | 25 | 50 | 75 | 100 | 125 | 150 | 175 | 200 | ... | 2625
Articles Similaires

Chronique

Examens de fin d’année : la vérité

Encore quelques semaines et bonjour les examens de fin d’année. Des milliers de nos compatriotes, dans tous les ordres enseignement, plancheront pour justifier leur année scolaire. Ils sont appelés à la conclure de la bonne manière qui soit. Il s’agit, presque toujours, d’un temps fort de la vie nationale, objet de... Lire la Chronique

  Examens de fin d’année : la vérité , 4 mai 2017

  Electorat flexible , 17 mars 2016 par Man Soph !

  Sélection naturelle de candidatures , 8 décembre 2015 par Man Soph !

  Gestion difficile d’un choix , 27 novembre 2015 par Man Soph !

  Le dernier mot , 27 novembre 2015 par Man Soph !

Voir aussi : 0 | 5 | 10 | 15 | 20
Flyer Wasexo.com

Conseil des Ministres

Suivez-nous

           

Ont fait la Une