Quotidien béninois d'informations, d'analyses, d'investigations et de publicités paraissant à Cotonou - ISSN : 1840-782X - Tel: +229 21 03 87 76
Accueil > Société / Santé > L’Unamab exige du gouvernement de rapporter cette décision sans (...)

Remplacement du magistrat Mardochée KILANYOSSI à la tête de la Cour d’Appel de Cotonou

L’Unamab exige du gouvernement de rapporter cette décision sans délai

Par Présentation : La Rédaction, 4 septembre 2017 à 04:34 | 101 lectures
  

Le procureur général près la cour d’appel de Cotonou, le magistrat Mardochée KILANYOSSI a été déchargé de ses fonctions au profit du secrétariat général du Conseil Supérieur de la Magistrature par le Conseil des Ministres en sa séance du mercredi 30 août 2017. Cette décision est « arbitraire, et s’analyse comme un limogeage déguisé », selon le contenu d’un communiqué du Bureau Exécutif de l’Union Nationale des Magistrats du Bénin (BE/UNAMAB) en date du 3 septembre 2017 signé de son président, Michel Adjaka. Pour éviter que cette décision ne fasse jurisprudence, l’UNAMAB exige du gouvernement de la rapporter sans délai et menace de prendre ses responsabilités au cas où « le gouvernement s’entêterait à donner effet à sa décision ». Lire l’intégralité du communiqué.

Le procureur général près la cour d’appel de Cotonou, le magistrat Mardochée KILANYOSSI a été déchargé de ses fonctions au profit du secrétariat général du Conseil Supérieur de la Magistrature par le Conseil des Ministres en sa séance du mercredi 30 août 2017. Cette décision est « arbitraire, et s’analyse comme un limogeage déguisé », selon le contenu d’un communiqué du Bureau Exécutif de l’Union Nationale des Magistrats du Bénin (BE/UNAMAB) en date du 3 septembre 2017 signé de son président, Michel Adjaka. Pour éviter que cette décision ne fasse jurisprudence, l’UNAMAB exige du gouvernement de la rapporter sans délai et menace de prendre ses responsabilités au cas où « le gouvernement s’entêterait à donner effet à sa décision ». Lire l’intégralité du communiqué.

COMMUNIQUE DE PRESSE DU BE/UNAMAB

Le Bureau Exécutif de l’Union Nationale des Magistrats du Bénin (BE/UNAMAB), s’est penché sur la situation qui prévaut au parquet général près la cour d’appel de Cotonou. En effet, à travers la presse et les réseaux sociaux, il a été donné au BE/UNAMAB de constater que le procureur général près la cour d’appel de Cotonou, le magistrat Mardochée KILANYOSSI a été déchargé de ses fonctions au profit du secrétariat général du Conseil Supérieur de la Magistrature par le Conseil des Ministres en sa séance du mercredi 30 août 2017.
Cette décision mérite d’être confrontée aux textes qui régissent la magistrature.
En effet, l’article 129 de la constitution du 11 décembre 1990 dispose que « Les magistrats sont nommés par le président de la République, sur proposition du Garde des Sceaux, ministre de la Justice, après avis du Conseil supérieur de la Magistrature. »
L’article 6 de la loi portant Statut de la Magistrature prévoit que « Les magistrats du parquet et de l’administration centrale du ministère chargé de la justice sont placés sous la direction et le contrôle de leurs chefs hiérarchiques et sous l’autorité du Garde des sceaux, ministre chargé de la justice. Ils peuvent être affectés sans avancement par décret pris en conseil des ministres, d’un poste à un autre s’ils en font la demande ou d’office dans l’intérêt du service après avis conforme du Conseil Supérieur de la Magistrature. »
L’article 8 de la loi portant composition, organisation, attributions et fonctionnement du Conseil Supérieur de la Magistrature précise que « Sur proposition du Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, le Secrétaire Général du Conseil Supérieur de la Magistrature et son adjoint peuvent être déchargés de l’exercice de toutes autres fonctions par le Président de la République lorsque l’exercice desdites fonctions est susceptible de gêner la bonne exécution de leur mission au sein du Conseil Supérieur de la Magistrature. »
Il ressort de la lecture croisée et combinée de ces textes que toute nomination de magistrats dans l’administration centrale de la justice ou dans les juridictions ne peut se faire sans l’avis conforme du Conseil Supérieur de la Magistrature.
Par respect au principe du parallélisme des formes, il ne peut avoir de relèvement ou de déchargement d’un magistrat de ses fonctions dans l’administration centrale du ministère de la justice ou dans les juridictions sans le consentement du Conseil Supérieur de la Magistrature.
Même si l’article 8 de la loi relative au Conseil Supérieur de la Magistrature donne la possibilité au Chef de l’Etat sur proposition du Garde des Sceaux de décharger le Secrétaire Général du Conseil Supérieur de la Magistrature et son adjoint de l’exercice de toutes autres fonctions « lorsque l’exercice desdites fonctions est susceptible de gêner la bonne exécution de leur mission au sein du Conseil Supérieur de la Magistrature », une telle décision ne peut être prise sans l’avis conforme dudit conseil.
Il est clair que si la loi n’a pas cru devoir expressément en l’espèce préciser le recours à cet avis, c’est justement parce que cela va sans dire d’autant plus qu’on ne peut prétexter de surcharge de travail au niveau du Conseil Supérieur de la Magistrature sans que le constat en soit préalablement fait par cette institution.
En l’espèce, il n’est pas fait mention dans le relevé du Conseil des Ministres de l’acte par lequel le Conseil Supérieur de la Magistrature a délibéré sur la surcharge de travail au sein de son secrétariat général et sollicité en guise de solution le déchargement de son secrétaire général adjoint.
Pire, aussi curieux et absurde que cela puisse paraître, alors que le Garde des Sceaux et le Chef de l’Etat estiment unilatéralement qu’il y a surcharge de travail au niveau du Conseil Supérieur de la Magistrature, ils n’ont déchargé que l’adjoint du Secrétaire Général. Or si le titulaire d’une charge n’est pas submergé, son adjoint ne peut l’être.
Il ressort de cette analyse sommaire que la décision du Conseil des Ministres en date du 30 août 2017 relevant le procureur général près la cour d’appel de Cotonou, le magistrat Mardochée KILANYOSSI de ses fonctions est arbitraire, et s’analyse comme un limogeage déguisé.
Pour éviter que cette décision ne fasse jurisprudence, l’UNAMAB exige du gouvernement de la rapporter sans délai.
Au cas où le gouvernement s’entêterait à donner effet à sa décision, l’UNAMAB sera dans la triste obligation de prendre ses responsabilités.
L’UNAMAB prend le peuple à témoin et rend le gouvernement et son Chef responsables des conséquences fâcheuses qui découleraient de cette malheureuse situation.
Fait à Cotonou, le 03 septembre 2017.

LE BE/UNAMAB



Les articles les plus lus

  Concours de recrutement de 1175 APE et de 502 douaniers [22871 lectures]

  Une travailleuse de sexe déshabille un militaire "djakpata" à Menontin [8100 lectures]

  Les 83 probables députés élus pour la 7ème législature [7491 lectures]

  Yayi et Claude Padonou engagent le recrutement de 1000 jeunes [4946 lectures]

  Les sanctions auxquelles sont exposés les contrevenants [4927 lectures]

  La liste des 687 journalistes éligibles [4104 lectures]

  Liste définitive des 546 coordonnateurs d’arrondissements [3138 lectures]

  Nos Contacts [3021 lectures]

  Sagbohan Danialou lutte contre la mort au Cnhu [3013 lectures]

  Lagos honore le General Gbian [2610 lectures]

  Le SMIG passe de 31.625 à 40.000 FCFA au Bénin [2245 lectures]

  L’Etat reconnait une nouvelle liste de 37 universités privées [2241 lectures]

  La liste des 60 jeunes béninois présélectionnés pour la phase 2 [2207 lectures]

  L’IFSIO Parakou recrute sur concours 30 étudiants [1974 lectures]

  Une dame et son mari expulsés de leur location à Cotonou [1962 lectures]

  La Rédaction [1867 lectures]

  Un caporal-chef risque la radiation [1838 lectures]

  Djibril Sagbohan inhumé ce jour à Porto-Novo [1750 lectures]

  La liste des 30 établissements privés autorisés dont les filières de licence et de master sont homologuées [1704 lectures]

  Un deuxième puits de pétrole découvert à 80 km des côtes béninoises [1666 lectures]

  16% comme taux national d’admissibilité au Bepc 2016 au Bénin [1631 lectures]

  Marcel de Souza offre le perchoir à Me Adrien Houngbédji [1625 lectures]

  Un voleur fait le sourd muet pour tromper la vigilance des forces de l’ordre [1568 lectures]

  Fin des discussions entre Kerry et Lavrov, le dialogue continue [1565 lectures]

  Daniel Edah lance l’ouvrage " IL FERA BEAU" [1556 lectures]

Voir aussi : 0 | 25 | 50 | 75 | 100 | 125 | 150 | 175 | 200 | ... | 2725
Articles Similaires

Chronique

Examens de fin d’année : la vérité

Encore quelques semaines et bonjour les examens de fin d’année. Des milliers de nos compatriotes, dans tous les ordres enseignement, plancheront pour justifier leur année scolaire. Ils sont appelés à la conclure de la bonne manière qui soit. Il s’agit, presque toujours, d’un temps fort de la vie nationale, objet de... Lire la Chronique

  Examens de fin d’année : la vérité , 4 mai 2017

  Electorat flexible , 17 mars 2016 par Man Soph !

  Sélection naturelle de candidatures , 8 décembre 2015 par Man Soph !

  Gestion difficile d’un choix , 27 novembre 2015 par Man Soph !

  Le dernier mot , 27 novembre 2015 par Man Soph !

Voir aussi : 0 | 5 | 10 | 15 | 20
Flyer Wasexo.com

Conseil des Ministres

Suivez-nous

           

Ont fait la Une