Quotidien béninois d'informations, d'analyses, d'investigations et de publicités paraissant à Cotonou - ISSN : 1840-782X - Tel: +229 21 03 87 76
Accueil > Société / Santé > Karim da Silva dénonce une machination et met fin à l’intox

Supposée « fabrication de billets de banque et trafic de drogue »

Karim da Silva dénonce une machination et met fin à l’intox

(« La fabrication de billets de banque relève d’un centre d’émission et non d’une imprimerie quelconque », dit-il)

Par Propos recueillis par Fréjus MASSIHOUNTON, 4 janvier 2018 à 01:25 | 68 lectures
  

Depuis quelques temps, le doyen des sages de la ville capitale, Porto-Novo, Karim Urbain da Silva, fait l’objet dans les médias et réseaux sociaux d’accusations gratuites dont notamment une supposée « fabrication de billets de banque et de trafic de drogue ». Dans un entretien qu’il a bien voulu nous accorder à son domicile à Porto-Novo, le doyen des sages de la capitale explique, dans les moindres détails, les faits. Pour le premier haut dignitaire de la communauté Islamique du Bénin dont il est, « la fabrication des billets de banque relève d’un centre d’émission et non d’une imprimerie quelconque. Tous les imprimeurs qui ont reçu une formation sérieuse le savent et ne peuvent jamais se laisser entraîner dans une aventure du genre ». Entretien.

Les 4 Vérités : Depuis quelques temps, vous êtes l’objet de plusieurs attaques dont la plus en vue est une supposée fabrication de billets de banques et de trafic de drogue. Que dites-vous suite à ces accusations ?

Karim Urbain da Silva : Toutes ces questions sont des questions trop vieilles et qui ont d’ailleurs fait le tour du pays, même du monde.
J’étais directeur, propriétaire et PDG de la grande imprimerie du Bénin. Donc, j’imprimais les résultats de la loterie nationale de même que les affiches de publicité. C’était pour convaincre les gens d’acheter les billets et de participer massivement. L’ancien directeur de la loterie a eu l’idée de photocopier des lots de billets en affiche pour que les gens puissent être pris par le désir de vouloir gagner. Quand cela a été fait et que les gens ont vu ça, pour eux, c’est que celui qui a réalisé une telle chose est capable de fabriquer des billets. Le bruit avait couru et même les cadres aussi se permettaient de répéter, parce que l’esprit de détruire était manifeste.
Cela étant, j’ai eu à bénéficier d’un contrat pétrolier d’une quantité assez considérable. C’était une faveur contre un service rendu. C’est un privilège. Cent US Dix (USS 0.10) par baril de crude oil sur certaines quantités d’origine sur toutes les quantités négociées jusqu’à concurrence de 25 millions de tonne métrique pour la première qualité et pour une seconde qualité, toujours le même pourcentage de baril de Oil sur toute quantité négociée jusqu’à 25 millions de tonne métrique. Tous ces pourcentages me seront transférés sur un compte que j’ouvrirai dans leur société, Avenue Rogier à Liège en Belgique. Lesdits transferts se feront dès que les montants relatifs aux quantités embarquées auront été valablement mis à leur disposition par nos deux entreprises. Cette opération réalisée, j’avais exigé pour qu’on me transfère mon argent dans ma banque au Bénin. Mais l’autre partie a tout fait pour obtenir un paiement en espèce pour des raisons que je ne veux pas énumérer ici. Nous étions deux, et il nous faut aller aux Etats-Unis. J’avais un ami qu’on appelle Bello Dam’s que j’ai associé et accepté même de participer et de partager ce qu’il me revenait avec moi. Dam’s a fait le Ghana et il est plus ou moins rodé dans les affaires et il connait bien la façon d’agir et de faire des anglophones. Nous nous sommes rendus aux Etats Unis et dans la city bank, une très grande banque, où on nous a conduit dans le bureau d’un des sous-directeurs parce qu’on devrait nous payer cash et cela ne devrait pas être vu par tout le monde. C’est de là qu’on nous apporte de l’argent neuf, neuf, reparti dans trois attache-caisses et il fallait tout faire pour nous déposer à la banque juste au moment de l’embarquement. Tout a été fait et nous nous sommes retrouvés à l’embarquement. On débarque à Paris. Celui qui nous accompagnait change d’avion sur Londres. Dam’s alla directement déposer son argent dans une banque à l’aéroport. Ce que j’ai fait, je limitais de verser tout mon argent. J’ai donc versé une partie. En bon patriote, il faut que j’investisse l’autre partie au Bénin.

Une fois au Bénin, quelle a été la suite ?

Dès ma descente d’avion, j’ai pris directement le chemin de ma banque, la société dahoméenne des banques où j’ai demandé à avoir le directeur adjoint à qui j’ai dit que j’ai un grand dépôt à faire en dollars. J’ouvre le sac, il voit et directement il va appeler le directeur un certain Idelphonse Lemon qui me disait qu’il ne pouvait pas prendre, que les billets sont tout neuf et que c’est du faux. Je vais apporter de la fausse monnaie dans ma propre banque, moi-même ! Il a insisté qu’il ne prendra pas. J’ai dû me rendre à l’évidence et sortir de la banque. Le lendemain, c’est la police qui est venue me taper à la porte. J’ai dû expliquer à la police le processus de fabrication des billets. C’est deux papiers qu’on colle, les traits en coton, le filigrane et d’autres pour éviter la falsification. Et moi étant maître imprimeur, je dis que ce n’est pas possible. Quiconque se hasarde à le faire sera pris et jeté en prison. Et dans le pays, lorsqu’il y a de fausses monnaies, c’est toujours vers moi on vient, parce que je suis imprimeur, c’est un métier que j’ai appris et je suis un des premiers diplômés de l’Institut national d’arts graphiques.

Quelle a été la réaction des autorités du moment ?
La police est venue saisir l’argent. De 9H30 je les ai maintenu jusqu’à 16h à écrire le numéro de série de chaque billet et j’ai paraphé les angles. C’est ainsi que le bruit a été propagé partout qu’on a arrêté da Silva avec des tonnes de billets. Six (6) mois après, ils sont revenus me dire que c’est bon et mes billets m’ont été retournés. J’étais si humilié que ma propre banque qualifie mes billets de faux. L’ancien président qui était là au moment des faits, je l’ai invité à un débat public, mais hélas ! Et la presse avait écrit dans le temps que la réaction de ce président était attendue, ce qui n’a jamais été fait. Voilà comment les choses se sont passées.
Il faut être un ignare pour se donner à cette pratique. Moi, le peu que Dieu m’a donné est si grand, grand, maximum ! Et ce que j’en ai fait je ne peux pas énumérer.
Par contre, ceux qui écrivent que je vends de la drogue, est-ce qu’ils peuvent prouver ce qu’ils disent ? Donc ils doivent s’attendre à être traduit devant la justice, mais je ne le ferai pas. Mais je veux expliquer les raisons profondes de cette cabale contre ma position.



Les articles les plus lus

  Concours de recrutement de 1175 APE et de 502 douaniers [23079 lectures]

  Une travailleuse de sexe déshabille un militaire "djakpata" à Menontin [8208 lectures]

  Les 83 probables députés élus pour la 7ème législature [7513 lectures]

  Yayi et Claude Padonou engagent le recrutement de 1000 jeunes [4977 lectures]

  Les sanctions auxquelles sont exposés les contrevenants [4937 lectures]

  La liste des 687 journalistes éligibles [4208 lectures]

  Liste définitive des 546 coordonnateurs d’arrondissements [3200 lectures]

  Nos Contacts [3139 lectures]

  Sagbohan Danialou lutte contre la mort au Cnhu [3038 lectures]

  Lagos honore le General Gbian [2624 lectures]

  L’Etat reconnait une nouvelle liste de 37 universités privées [2586 lectures]

  Le SMIG passe de 31.625 à 40.000 FCFA au Bénin [2274 lectures]

  La liste des 60 jeunes béninois présélectionnés pour la phase 2 [2225 lectures]

  L’IFSIO Parakou recrute sur concours 30 étudiants [2034 lectures]

  Une dame et son mari expulsés de leur location à Cotonou [1976 lectures]

  La Rédaction [1914 lectures]

  Un caporal-chef risque la radiation [1854 lectures]

  Djibril Sagbohan inhumé ce jour à Porto-Novo [1776 lectures]

  La liste des 30 établissements privés autorisés dont les filières de licence et de master sont homologuées [1739 lectures]

  Un deuxième puits de pétrole découvert à 80 km des côtes béninoises [1706 lectures]

  16% comme taux national d’admissibilité au Bepc 2016 au Bénin [1659 lectures]

  Marcel de Souza offre le perchoir à Me Adrien Houngbédji [1637 lectures]

  Fin des discussions entre Kerry et Lavrov, le dialogue continue [1606 lectures]

  Un voleur fait le sourd muet pour tromper la vigilance des forces de l’ordre [1586 lectures]

  Daniel Edah lance l’ouvrage " IL FERA BEAU" [1572 lectures]

Voir aussi : 0 | 25 | 50 | 75 | 100 | 125 | 150 | 175 | 200 | ... | 2800
Articles Similaires

Chronique

Examens de fin d’année : la vérité

Encore quelques semaines et bonjour les examens de fin d’année. Des milliers de nos compatriotes, dans tous les ordres enseignement, plancheront pour justifier leur année scolaire. Ils sont appelés à la conclure de la bonne manière qui soit. Il s’agit, presque toujours, d’un temps fort de la vie nationale, objet de... Lire la Chronique

  Examens de fin d’année : la vérité , 4 mai 2017

  Electorat flexible , 17 mars 2016 par Man Soph !

  Sélection naturelle de candidatures , 8 décembre 2015 par Man Soph !

  Gestion difficile d’un choix , 27 novembre 2015 par Man Soph !

  Le dernier mot , 27 novembre 2015 par Man Soph !

Voir aussi : 0 | 5 | 10 | 15 | 20
Flyer Wasexo.com

Conseil des Ministres

Suivez-nous

           

Ont fait la Une